Archive pour novembre, 2009

Ighil Boumouren : Manque d’eau potable Les populations éparpillées sur les hameaux d’Idjaâmathen, Ibousatathen, Iguerachen et Ighachamen, relevant de la localité d’Ighil Boumouren dans la commune d’Ath Laâziz, 10 km au nord de Bouira, souffrent d’un manque criant en eau potable.

Malgré la réalisation de deux forages ayant coûté au Trésor public une forte somme, les habitants se trouvent de ce fait obligés de parcourir de longues distances pour se procurer le liquide vital, notamment de la source dénommée Thala Bumrij. Les habitants qui ne savent plus à quel saint se vouer se disent lésés. « La pénurie d’eau ne date pas d’aujourd’hui, plus de 8000 habitants se trouvent privés d’eau à longueur de l’année », nous dira un habitant exaspéré. La plupart des citoyens habitant la localité, ne cachent pas leur colère vis-à-vis des autorités locales qu’ils accusent de passivité. Selon nos interlocuteurs, les autorités locales n’ayant pas trouvé encore une solution à ce problème, se contentent d’approvisionner le réservoir d’eau par des camions-citernes. Soulignons d’autre part, qu’un projet est en cours d’étude pour alimenter les populations d’Ighil Boumouren à partir du barrage de Tilesdit. Un projet annoncé depuis déjà plus d’une année, mais qui n’arrive pas à être concrétisé sur le terrain.

Par Amar Fedjkhi

Publié dans:Non classé |on 28 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

La criminalité en hausse Le dernier bilan rendu public par les services de la police judicaire de la sûreté de wilaya de Bouira, fait montre d’une prévalence des actes criminels qui ne cessent de prendre de l’ampleur à ce niveau.

Le dernier bilan rendu public par les services de la police judicaire de la sûreté de wilaya de Bouira, fait montre d’une prévalence des actes criminels qui ne cessent de prendre de l’ampleur à ce niveau. Le document rendu public fait ainsi état de 172 affaires traitées durant le mois dernier, dont 103 liées aux atteintes contre des personnes et 69 contre les biens publics. Le même bilan indique que sur les 103 affaires liées aux atteintes contre les personnes, 55 sont traitées et 48 autres en cours d’instruction. Les éléments de la police judiciaire ont procédé à l’arrestation de 108 personnes, dont 7 sont incarcérées. Ainsi, les délits de coups et blessures volontaires ont connu une légère hausse avec pas moins de 28 affaires, dont 16 sont traitées et 12 en cours. Celles-là ont abouti à l’arrestation de deux personnes dont une est mise sous mandant de dépôt. Par ailleurs, et s’agissant des autres délits liés aux coups et blessures, le nombre d’affaires est de 15. Les éléments de ce corps de sécurité ont arrêté 18 personnes. Ainsi, et en ce qui concerne les menaces, 28 affaires sont enregistrées, 14 sont traitées dont 27 personnes sont interpellées par les éléments de la police judiciaire. Dans un autre registre, le bilan communiqué fait état de 69 autres affaires liées à l’atteinte aux biens publics. Le nombre de personnes arrêtées est de pas moins de 53 dont 26 sont mis sous mandat de dépôt. D’autre part, les éléments de la police urbaine de proximité et de l’environnement, ont établi 5 PV pour les commerces illicites. Pour le volet de la sécurité routière, le bilan fait état de 43 accidents de la circulation enregistrés, faisant 57 blessés et 3 morts durant le mois d’octobre dernier. Sur ce, pas moins de 1017 PV ont été établis.

Par Amar Fedjkhi

Publié dans:Non classé |on 28 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Kabylie en bref

- Ath Laâziz : Les chacals rôdent autour des villages

Après les sangliers ravageurs, la population d’Ath Laâziz, une localité sise à quelques encablures au nord du chef-lieu de la wilaya de Bouira, est appelée à faire face un nouveau phénomène non moins dangereux. Il s’agit des invasions des chacals qui, d’après les habitants de la localité, s’aventurent à l’intérieur même des villages. Ces contingents de bêtes sauvages, souvent porteuses de maladies constituent, selon nos interlocuteurs, un véritable danger notamment pour les enfants en bas âge et des écoliers des villages éloignés, obligés à faire quotidiennement de longs parcours pour rejoindre leurs établissements respectifs. C’est le cas des villages Chekouh, Thibouinin et Izouyad, où l’on fait état de cette prolifération.

En effet, il y a de cela presque un mois, un chacal s’est attaqué à un groupe de citoyens qui se trouvaient à l’intérieur d’une cafeteria au niveau du village Amen Greur. Trois jeunes ont été blessés, ce qui a nécessité leur transfert vers l’hôpital de la ville de Bouira. A en croire les citoyens que nous avons interrogés, cette prolifération des chacals provient de la forte concentration des poulaillers dans ces zones éparses. Les propriétaires qui se débarrassent souvent des poulets morts dans la périphérie donnaient donc un appât aux chacals qui s’y promènent. Devant cet état de fait contraignant, des parents d’élèves ont indiqué qu’ils sont obligés d’accompagner leurs enfants jusqu’à l’école ou aux arrêts des bus, afin d’éviter à ce qu’ils ne soient attaqués par ces bêtes.

Par Amar Fedjkhi

Publié dans:Non classé |on 23 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Bouira : Les transporteurs sursoient à leur grève Après deux jours de grève, les transporteurs assurant les différentes dessertes entre Bouira et les localités de Malla, Ifhoudhien, Iâalwachen, Ighil Boumouren et Bezzit-bas dans la commune d’Ath Laâziz, ont décidé du surseoir à leur action.

Selon les grévistes, un délai de 10 jours a été accordé à la direction des transports de Bouira pour trouver une solution à leur problème. Ces derniers exigent des services concernés de les réintégrer dans leur arrêt sis à la gare routière. Pour rappel, le débrayage a été enclenché le mercredi dernier, suite à une décision émanant des services de la direction des transports de délocaliser les transporteurs vers un autre site sis à proximité des hangars de l’ex-Eriad, pour cause de travaux de réfection de la route touchant entre autres ledit arrêt. Notons que ce débrayage a complètement paralysé les citoyens. Ces derniers étaient obligés de se débrouiller, notamment dans les matinées, pour rejoindre leur lieu de travail au chef-lieu de la wilaya et dans d’autres localités de la wilaya.

Par Amar Fedjkhi

Publié dans:Non classé |on 22 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Dans les régions
El Watan Weekend
- BOUIRA

Une cinquantaine de blessés a été enregistrée parmi les milliers de supporters bouiris qui ont envahi les rues de la ville. Ils ont été admis à l’hôpital Mohamed Boudiaf. Deux blessés ont été gardés en observation vu la gravité de leur cas. Les fans des Fennecs, surexcités par la victoire qualificative à la coupe du Monde, ont profité de cette occasion pour se défouler. Les milliers de supporters venus des différentes cités et autres localités ont envahi les rues, hurlant sans retenue « one, two, three, viva l’Algérie ! ». Un concert ininterrompu de klaxons et de youyous retentissait dans les quartiers.

Amar Fedjkhi 

Publié dans:Non classé |on 20 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

14 accusés devant la cour criminelle Da deuxième session criminelle de la cour de Bouira s’ouvrira le 16 novembre prochain et durera jusqu’au 12 décembre.

On retiendra au menu de cette session, la programmation de 33 affaires dont 5 liées au terrorisme. Elles seront examinées tout au long de cette session et 14 personnes seront au banc des accusés. Parmi les individus incriminés dans plusieurs affaires de terrorisme, 7 sont en détention et 6 se trouvent actuellement en fuite. Ainsi d’autres affaires seront jugées par la cour de Bouira et porteront, entre autres, sur la création et l’appartenance à des associations de malfaiteurs, vols, commercialisation illégale d’armes à feu, atteintes à la pudeur et falsification de documents officiels. En outre, la cour aura à examiner une importante affaire où 20 personnes sont mises en cause pour une affaire de dilapidation de deniers publics et attribution frauduleuse de marchés publics.

Par A. F.

Publié dans:Non classé |on 14 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Tizi El Kis : La population livrée à elle-même Dénuée de toute ressource ou de projets d’utilité publique, la localité de Tizi El Kis relevant de la commune de Taghzout, attend encore ses beaux jours en matière de développement.

Ainsi et lors d’une virée que nous y avons effectuée, les citoyens rencontrés ne tarissaient pas en récriminations. D’après eux, tout vient à manquer dans ce faubourg laissé-pour-compte. Belkacem, un homme âgé d’une soixantaine d’années nous dira que « la seule ressource pour les villageois demeure sans conteste l’élevage bovin ». Un élevage qui se fait, bien sûr, suivant les méthodes traditionnelles où les bergers demeurent les détenteurs du secret de la survie du cheptel. Selon notre interlocuteur, la quasi-totalité des habitants vit de cette activité pénible sans aucune autre perspective que celle de voir le village déserté par les jeunes qui ne trouvent point de débouchés. Tizi El Kis compte présentement une cinquantaine de familles dont les membres sont réduits à surmonter les effets d’une misère dont la fin ne sera pas pour demain. Par ici, on a pratiquement peur de tout.

A l’insécurité ambiante dans les parages, s’ajoutent les moindres contraintes rencontrées au long des mois. La simple vague de froid annoncée fait grincer des dents dans ce village, car en l’absence de commodités, à l’instar du gaz et des habitations répondant à la norme, l’hiver est souvent assimilé à une période de supplice. A ce niveau, les problèmes sont innombrables, et les villageois ne voient pas pour quelle raison leur village est ainsi ignoré. Pourtant, assurent-ils, cette zone livrée à elle-même a connu les pires moments de son existence autant durant la guerre de Libération nationale ainsi que lors de la décennie du terrorisme où la population s’est montrée résistante. Le village se trouve dépourvu des commodités de base. Les citoyens rencontrés s’accordent à dire presque la même chose, eux qui souhaitent voir les autorités locales s’intéresser au dur vécu de ces populations.

Par Amar Fedjkhi

Publié dans:Non classé |on 14 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Ath Laâziz : Les transporteurs en grève Quelque 103 transporteurs assurant les différentes dessertes entre Bouira et les localités D’Ifhoudhien et Malla, dans la commune d’Ath Laâziz, sont entrés dans un débrayage illimité depuis hier.

Cette action fait suite à la décision de la direction des transports de la wilaya, leur enjoignant de changer leur arrêt en le déplaçant de la gare routière à un autre site sis à côté des hangars de l’ex-Eriad. Laquelle mesure ayant suscité la colère des transporteurs qui ne veulent pas de cet endroit. Du côté de l’administration, on justifie cette décision par le lancement des travaux d’aménagement du côté de l’ancien arrêt. Les grévistes ont ainsi observé, durant la matinée d’hier, un rassemblement au niveau de la localité de Draâ El Khemis. Une action qui en appelle d’autres à en croire les contestataires qui menacent de recourir à des actions musclées si les autorités campent sur leur position de ne pas les réintégrer dans leur ancien stationnement.

Notons, par ailleurs, que le mot d’ordre de grève a été suivi par d’autres transporteurs assurant les dessertes vers les localités d’Iaâlwachen, Bezzit-bas et Ighil Boumouren. « Pourquoi les autorités nous privent de notre arrêt alors que certaines localités en ont deux », dira un gréviste. « Nous n’accepterons jamais cet arrêt », lancent-ils à l’unanimité. Notons enfin qu’une délégation représentant les grévistes s’est rendue au siège de la direction des transports pour débattre de ce problème, mais aucun responsable, apprend-on, ne l’a reçue.

Par Amar Fedjkhi

Publié dans:Non classé |on 14 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Après les dernières précipitations : Satisfaction des agriculteurs Les pluies qui se sont abattues au courant de cette semaine ont été particulièrement bénéfiques pour l’agriculture au niveau de la wilaya de Bouira.

En effet, cette aubaine a été fort appréciée par les agriculteurs qui se réjouissent après avoir cru, à un moment donné, que la sécheresse s’installait dans la durée. Ces pluies évacuent le risque de sécheresse. Les fellahs affichent depuis quelques jours une mine joviale, et souhaitent que cette année soit meilleure en matière de pluviosité, et bien sûr de rendement de la prochaine saison. Ainsi, nous apprenons que cet apport pluviométrique a permis un niveau de remplissage conséquent des barrages et autres retenues collinaires que compte la wilaya. C’est le cas, entre autres, du barrage Lakhal, dans la daïra d’Aïn Bessem, ayant engrangé un volume appréciable. D’une capacité de 30 millions de mètres cubes, l’ouvrage en question a atteint la zone rouge l’été dernier. Une situation, rappelons-le, qui a provoqué une pénurie d’eau à travers plusieurs localités alimentées à partir de cet ouvrage. Les services de la direction de l’hydraulique qui n’ont pas encore estimé le niveau de remplissage au niveau des trois barrages de la wilaya, à savoir celui de Oued Lakhal, Tilesdit et Koudiat Acerdoune, rassurent tout de même quant à la disponibilité de l’eau à ce niveau. Laquelle disponibilité a été rendue possible grâce aux dernières chutes de pluie.

Par Amar Fedjkhi

Publié dans:Non classé |on 14 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Djebahia : Des agents de sécurité réclament leurs salaires Les agents de sécurité travaillant pour le compte de la société de gardiennage Sag-Essalem, chargée de la protection du viaduc de Oued Rekham et du tunnel de Aïn Chriki, dans la localité de Djebbahia (nord de Bouira), sont montés au créneau pour demander le règlement des arriérés de salaires cumulés depuis 4 mois.

En effet, ces travailleurs entrés dans un mouvement de grève depuis près de deux semaines, ont observé plusieurs fois des sit-in sur les lieux de leur travail. Cependant, nous apprenons que les responsables de l’entreprise, qui se sont déplacés à la fin de cette semaine sur les lieux, ont déclaré aux grévistes que l’employeur a procédé au virement des salaires de tous les travailleurs, ce que les travailleurs contestataires récusent. Du côté de l’inspection de travail, nous apprenons qu’une délégation représentant cet organisme s’est rendue sur place pour tenter de réconcilier les deux parties en conflit, ce qui n’a pas été possible, selon nos sources qui précisent qu’aucun compromis n’a été trouvé.

Par Amar Fedjkhi

Publié dans:Non classé |on 11 novembre, 2009 |Pas de commentaires »
12

tortureanimale |
Les syndicats du Crédit Mun... |
Ernestine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CultISport
| CHAT DE GOUTTIERE
| Un si long chemin..