Archive pour juin, 2011

Protestation au sein de l’ENAD

La production à l’arrêt

La protestation a pris de l’ampleur ces deux derniers mois au niveau de la ville de Sour El Ghozlane, dans la wilaya de Bouira.

Des ex-travailleurs, recrutés à titre de contractuels au niveau de la
filiale Sidet, bouclent leur troisième mois de contestation, sans que
les pouvoirs publics daignent trouver une solution à même de désamorcer
cette crise qui perdure. Depuis le 13 mars dernier, où une trentaine de
contractuels n’en démordent pas en «s’appropriant» à ce jour les bureaux
de la direction générale, viennent de passer à une autre démonstration
de force. Ils ont élu domicile au niveau de la filiale Sidet, l’un des
poumons du groupe industriel ENAD, depuis samedi dernier. Tout le
personnel, travailleurs et staff administratif, y compris celui de
l’administration générale qui a pris refuge au niveau de cette filiale,
ont fini par abandonner leur poste de travail.
Cette situation de pourrissement a engendré une paralysie totale qui
s’est répercutée sur la production de détergents. Rencontrés sur les
lieux, les contestataires, qui ne cessent de réclamer du travail,
indiquent, par la voix de leur porte-parole Hamza Aïssa, qu’ils ne
quitteront pas cette fois-ci les lieux avant que les pouvoirs publics ne
«répondent à leurs revendications légitimes», en les réintégrant dans
leur poste.


Notre interlocuteur a déclaré qu’aucun responsable n’a daigné les
recevoir. «Une réunion était prévue pour aujourd’hui, (lundi dernier,
ndlr) regroupant toutes les parties, mais personne ne s’est présenté,
c’est l’anarchie totale», a déclaré le même porte-parole. En outre, nous
avons appris que le DG de la filiale Sidet aurait déposé sa démission.
La direction générale de l’ENAD, visiblement en difficulté, n’arrive pas
à gérer la situation. «Pourquoi les responsables concernés
n’admettent-ils pas leur incapacité à prendre en charge notre principale
revendication?» s’écrie un autre protestataire. Ils accusent le
coordinateur de la section syndicale affiliée à l’UGTA d’être derrière
cette situation lamentable. Le porte-parole de la trentaine de
travailleurs licenciés nous apportera, documents à l’appui, une
information d’une gravité incontestable : «Un PV de réunion, daté du 13
mai 2011, a été falsifié car les signatures de certains membres présents
à cette séance ont été apposés puisqu’ils sont certains de ne pas avoir
émargé dans le document.» D’autres accusations ont été portées contre
le coordinateur de la section UGTA mais le mis en cause a nié tout en
bloc. Il convient de souligner que des ex-contractuels sont passés à une
autre action pour la moins étrange, jeudi dernier, en prenant en otage
le PDG par intérim du groupe ENAD, Khaldi Tahar, en l’occurrence.


Ce dernier avait été séquestré durant plusieurs heures dans son bureau
avant qu’il ne soit relâché. Face à cette situation qui nuit à
l’économie locale, on ne peut que s’interroger sur ses tenants et ses
aboutissants. A qui profite ce pourrissement qui végète et perdure
depuis le 13 mars d’autant plus que ces ex-travailleurs ne font que
demander leur droit de réintégrer leur poste de travail ? A ce jour,
aucune solution n’a été trouvée. Il est utile de préciser que l’ENAD
joue un rôle important dans l’économie locale et nationale en étant l’un
des principaux pourvoyeurs d’emplois dans la région. En traversant une
crise financière sans précédent, cette entreprise accumule des dettes
qui s’élèvent, selon des sources proches du dossier, à plus de 400
milliards de centimes. Un responsable au niveau du groupe ENAD, que nous
avons contacté à ce sujet, a affirmé que «seul un assainissement
pourrait atténuer la crise qui mine l’entreprise». Dans la situation
actuelle, tout porte à croire que le groupe industriel, notamment Sidet,
s’achemine droit vers la faillite.  
 

Amar Fedjkhi

paru le 8 juin à el watan (Economie)

Publié dans:actualité |on 8 juin, 2011 |Pas de commentaires »

tortureanimale |
Les syndicats du Crédit Mun... |
Ernestine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CultISport
| CHAT DE GOUTTIERE
| Un si long chemin..