Archive pour novembre, 2011

Bouira : Khaled en concert le 1er décembre

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte


   	Cheb Khaled se produira prochainement dans la ville de Bouira.

C’est confirmé ! Le King Khaled sera bien en concert à Bouira. Le spectacle est programmé pour le 1er décembre au niveau du stade OPOW Rabah Bitat de la ville de Bouira.

Et, pour bien assurer un bon déroulement de ce grand événement puisqu’il s’agit-là de la venue de la star du raï, des dispositions nécessaires sont d’ores déjà prises par les autorités de wilaya, en collaboration avec les services de sécurité. Des séances de travail ont eu lieu entre les deux parties afin de garantir le bon déroulement de ce concert et de permettre au grand public qui viendra sans aucun doute nombreux pour venir assister au concert de Khaled.

Des sources locales affirment qu’un arsenal impressionnant des éléments de l’ordre sera mobilisé pour éviter tout débordement, et ce, dans le souci d’assurer une fluidité dans l’accès au stade. Des espaces seront réservés aux familles et aux invités d’honneur.  Plusieurs partenaires ont affiché, selon les mêmes sources, leur intention de sponsoriser ce concert de Khaled, le premier au niveau de la wilaya de Bouira et le deuxième sur une scène kabyle.

Amar Fedjkhi
Publié dans:actualité |on 27 novembre, 2011 |Pas de commentaires »

Badreddine Chenoufi. DG de la SGS-CO

Toutes les revendications des agents de sécurité sont prises en charge

- Récemment, des dizaines d’agents de sécurité, travaillant pour le compte de votre société, ont observé une grève de la faim, dénoncé leurs conditions de travail qualifiées de déplorables et réclamé le versement de leurs salaires. Que répondez-vous ? 
Aucun cumul de salaires des employés de la SGS-CO n’a été enregistré depuis quatre ans. La société opère un virement mensuel unique à l’ensemble de son personnel et aucun autre paiement n’intervient en dehors du virement global. La société paie toujours le salaire du mois achevé et il est tenu compte du solde bancaire de la société, lequel est lié au paiement à temps des factures de nos clients. Par exemple, à ce jour, la facture du mois d’octobre 2011 n’a pas été honorée par la cimenterie de Sour El Ghozlane et il en est de même pour de nombreux autres clients. Je tiens à préciser toutefois que depuis le début de l’année, la SGS-CO fait face à un niveau élevé de créances impayées par les clients, dont beaucoup relèvent du secteur public. Fin octobre, nous enregistrons plus de 120 millions de dinars pour les contrats en cours auquel il faut ajouter près de 100 millions pour les contrats résiliés ou ayant pris fin entre 1999 et 2007. Près de 85% de ces derniers se trouvent au niveau des juridictions compétentes ou au stade d’expertise ou d’exécution.

- Des vigiles expliquent que plusieurs d’entre eux sont recrutés sans contrat et sans couverture sociale…

Tous les agents de la société sont liés par des contrats de travail, y compris le directeur général. Pour la couverture sociale, aucun agent, dont la relation de travail est en cours, n’est exclu de cette couverture. Tous les salariés, y compris les agents activant à Sour El Ghozlane, sont déclarés aux services de la CNAS. Notre société reçoit régulièrement, chaque année, après dépôt de la déclaration annuelle des salaires, le document de mise à jour délivré par les services de la CNAS. De plus, tous les agents sont couverts par une assurance multirisque, en plus de l’assurance responsabilité civile que contracte la SGS-CO annuellement.

- Qu’en est-il des primes et spécialement les primes d’intéressement du comité de participation qui n’ont pas été versées depuis 2006 aux travailleurs de la société ?

La direction générale s’est engagée à payer les primes d’intéressement non versées aux agents pour les années 2006, 2007 et 2009 durant l’année 2011 en fonction de sa trésorerie. Les primes de 2006 et 2007 feront l’objet d’un paiement avant la fin de ce mois de novembre et celles de 2009 le seront avant le 31 décembre. Le résultat de l’exercice 2008, insignifiant, n’a pas été distribué par l’assemblée des associés, laquelle avait décidé de son versement en réserves légales. Quant à celui de l’exercice 2010, déficitaire, il ne peut donc être redistribué.

- La société est-elle en mesure de prendre en charge les revendications des vigiles ?

La direction générale a traité point par point les revendications des agents de sécurité et prendra en charge tous les points conformes aux lois et règlements. S’agissant des salaires, après l’augmentation intervenue à partir de janvier 2010, les agents de la SGS-CO touchent un SNMG supérieur à celui prévu pour 2012, soit entre 19 000 et
22 000 DA, selon l’ancienneté. Le net minimum perçu est actuellement à près de 18 000 DA pour une nouvelle recrue. Ceci dit, nous n’exclurons pas une quelconque augmentation, laquelle reste tributaire de la situation financière de la société (révision des prix des prestations en cours avec clients et importance du plan de charge 2012).

Amar Fedjkhi
Publié dans:actualité |on 26 novembre, 2011 |Pas de commentaires »

Sour El Ghozlane : Les vigiles de la cimenterie réclament leurs salaires


Il y a eu un sit-in. Une grève de la faim. Les vigiles de la société de gardiennage de la cimenterie de Sour El Ghozlane ne veulent pas céder. Avec la direction, le bras de fer n’est pas terminé.

«Nos responsables nous traitent comme des esclaves. Le salaire des vigiles ne dépasse pas les 17 000 DA. Nous n’avons pas le droit à des indemnités, alors que parfois nous assurons la garde seize heures par jour.» Après un sit-in au début du mois de novembre et une grève de la faim, les vigiles recrutés par la Société de gardiennage SGS-CO, assurant la sécurité de la cimenterie de Sour El Ghozlane, au sud de Bouira, ont repris le travail, de peur des représailles.

Ils sont issus de plusieurs wilayas du pays : Khenchela, Souk Ahras, Chlef… Parmi eux, certains affirment qu’ils ont été recrutés sans contrat et sans couverture sociale. Documents à la main, Bessalah Abdelwahab, vigile dans la même société, raconte que de nombreux agents de sécurité auraient subi des pressions de la part de leur direction qui «réplique par des sanctions, à chaque fois qu’un agent réclame ses droits».
Hogra
Ils se disent privés de leurs droits, et même de leurs salaires qui n’auraient pas été versés depuis le mois d’août dernier. Ils réclament le versement de leurs revenus ainsi que des indemnités, en plus de meilleures conditions de travail. Rencontrés à la cimenterie de Sour El Ghozlane, plusieurs vigiles avouent qu’ils achètent eux-mêmes leurs tenues de travail. «Notre direction n’a pas daigné nous « renouveler » cette tenue qui nous a été remise en 2008», témoigne l’un d’entre eux. «C’est de la hogra…», crient-ils. Ahmed, un vigile issu de la wilaya de Souk Ahras, père de douze enfants, lance : «Cela fait exactement seize ans que je travaille comme agent de sécurité sur ce site. Et à ma grande surprise, quand j’ai demandé un certificat de travail, la direction m’a notifié que j’avais une année d’exercice…»
Sanctionnées
Pour ces vigiles, «le calvaire» ne s’arrête pas là. Ils dénoncent également les sanctions infligées par leurs responsables à l’encontre de plusieurs d’entre eux. «C’est parce que nous avons signalé des dépassements au wali de Bouira sur des affaires de corruption à la cimenterie», plaide un employé. Des vigiles auraient été sanctionnés pour ne pas avoir appliqué les instructions émanant des services de sécurité de la wilaya et même d’une instruction du wali de Bouira, qui stipule de ne pas laisser les travailleurs étrangers sortir seuls de l’usine, témoignent-ils. Ils réclament également le versement des primes d’intéressement et autres primes du comité de participation qui n’auraient pas été versées depuis 2006. «Où est passé donc l’argent (les primes de bénéfice) destiné aux travailleurs de cette société ?», s’interrogent-ils. Le montant de ces indemnités avoisinerait les 8 milliards de centimes. Contactée (voir interview ci-dessous), la direction assure que les salaires ont bien été payés. Mercredi, soit une semaine après cet entretien, sur le site, les représentants des employés maintenaient que les revenus de septembre et d’octobre n’avaient toujours pas été versés.

Amar Fedjkhi
Publié dans:actualité |on 26 novembre, 2011 |Pas de commentaires »

Une cinquantaine de sociétés de gardiennage

C’est à la faveur du décret législatif n°93-16 du 4 décembre 1993, fixant les conditions d’exercice des activités de gardiennage, de transport de fonds et autres produits sensibles, qu’une cinquantaine de sociétés de gardiennage ont été créées en Algérie.

Elles sont, pour la plupart, dirigées par d’anciens officiers supérieurs de l’armée à la retraite, des ex-commissaires de police, et autres officiers de la gendarmerie. Elles emploient des milliers de personnes en qualité d’agents de sécurité, en contrepartie d’un salaire ne dépassant pas les 17 000 DA par mois. «Il existe 52 sociétés de gardiennage ayant une mission parapolicière en Algérie qui sont sous surveillance permanente des services de police, de la gendarmerie et du Département de recherche et de sécurité.» C’est la déclaration faite, il y a trois ans, par l’ex-ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nourredine Yazid Zerhouni. Ces sociétés bénéficient des marchés (contrats de prestation de service), notamment avec des sociétés étrangères et même nationales, qui ont pour mission d’assurer la sécurité des biens et du personnel des entreprises.

Amar Fedjkhi
Publié dans:actualité |on 26 novembre, 2011 |Pas de commentaires »

Secteur de la jeunesse et des sports : 12 milliards de centimes/an pour les associations

Quelque 13 athlètes représentant les sections de lutte et de karaté do relevant des associations sportives de M’Chedallah, de Bir Aghbalou et d’Ain Laloui, ont été récompensés, le week-end dernier, par les autorités locales et de wilaya.

Ces athlètes se sont distingués durant la saison 2010-2011 dans les championnats internationaux. Profitant de cette occasion, le wali de Bouira a fait le point sur la gestion du secteur de la jeunesse en présentant son bilan comme étant l’unique secteur où tous les projets inscrits ont été lancés. Le wali a félicité la directrice de la DJS pour les efforts fournis dans l’amélioration du secteur, relevant qu’il y a quelques années seulement, aucun directeur de l’exécutif n’a tenu plus de 2 ans à la tête de ce secteur. C’est l’unique directrice qui est là depuis 3 ans, donc c’est encourageant, ajoute le wali, selon lequel, la wilaya de Bouira sera renforcée d’ici 2012 de plusieurs structures sportives.

A ce titre, 7 piscines semi olympiques et 2 salles omnisports seront réalisées à travers plusieurs localités de la région. Pour ce qui est du financement des associations sportives, celles-ci se plaignent du manque de structures et de l’insuffisance budgétaire. Le wali a déclaré que la wilaya débloque chaque année un budget de 12 milliards de centimes dont 50% de l’enveloppe sont destinés aux associations sportives. Ces chiffres communiqués par le premier responsable de la wilaya, présentés comme un trophée de guerre, ont suscité des interrogations.

La quasi-totalité des associations exerçant à ce niveau dénonçaient à chaque fois la répartition de ce budget. Le wali indiquera par ailleurs que deux grands projets seront lancés à Bouira : la réalisation d’un stade au niveau de la station climatique de Tikjda et d’un lycée sportif, probablement à Mechdallah, et ce, dans le souci, d’encourager la pratique sportive dans les écoles. Concernant le projet de stade, le wali a fait savoir qu’il sera édifié dans les normes à même d’éviter le scénario du projet d’Aswel dont l’affaire avait défrayé la chronique. Ce dernier, initié par le comité olympique, est à l’abandon, rappelle-t-on.

Amar Fedjkhi
Publié dans:actualité |on 23 novembre, 2011 |Pas de commentaires »

tortureanimale |
Les syndicats du Crédit Mun... |
Ernestine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CultISport
| CHAT DE GOUTTIERE
| Un si long chemin..