Badreddine Chenoufi. DG de la SGS-CO

Toutes les revendications des agents de sécurité sont prises en charge

- Récemment, des dizaines d’agents de sécurité, travaillant pour le compte de votre société, ont observé une grève de la faim, dénoncé leurs conditions de travail qualifiées de déplorables et réclamé le versement de leurs salaires. Que répondez-vous ? 
Aucun cumul de salaires des employés de la SGS-CO n’a été enregistré depuis quatre ans. La société opère un virement mensuel unique à l’ensemble de son personnel et aucun autre paiement n’intervient en dehors du virement global. La société paie toujours le salaire du mois achevé et il est tenu compte du solde bancaire de la société, lequel est lié au paiement à temps des factures de nos clients. Par exemple, à ce jour, la facture du mois d’octobre 2011 n’a pas été honorée par la cimenterie de Sour El Ghozlane et il en est de même pour de nombreux autres clients. Je tiens à préciser toutefois que depuis le début de l’année, la SGS-CO fait face à un niveau élevé de créances impayées par les clients, dont beaucoup relèvent du secteur public. Fin octobre, nous enregistrons plus de 120 millions de dinars pour les contrats en cours auquel il faut ajouter près de 100 millions pour les contrats résiliés ou ayant pris fin entre 1999 et 2007. Près de 85% de ces derniers se trouvent au niveau des juridictions compétentes ou au stade d’expertise ou d’exécution.

- Des vigiles expliquent que plusieurs d’entre eux sont recrutés sans contrat et sans couverture sociale…

Tous les agents de la société sont liés par des contrats de travail, y compris le directeur général. Pour la couverture sociale, aucun agent, dont la relation de travail est en cours, n’est exclu de cette couverture. Tous les salariés, y compris les agents activant à Sour El Ghozlane, sont déclarés aux services de la CNAS. Notre société reçoit régulièrement, chaque année, après dépôt de la déclaration annuelle des salaires, le document de mise à jour délivré par les services de la CNAS. De plus, tous les agents sont couverts par une assurance multirisque, en plus de l’assurance responsabilité civile que contracte la SGS-CO annuellement.

- Qu’en est-il des primes et spécialement les primes d’intéressement du comité de participation qui n’ont pas été versées depuis 2006 aux travailleurs de la société ?

La direction générale s’est engagée à payer les primes d’intéressement non versées aux agents pour les années 2006, 2007 et 2009 durant l’année 2011 en fonction de sa trésorerie. Les primes de 2006 et 2007 feront l’objet d’un paiement avant la fin de ce mois de novembre et celles de 2009 le seront avant le 31 décembre. Le résultat de l’exercice 2008, insignifiant, n’a pas été distribué par l’assemblée des associés, laquelle avait décidé de son versement en réserves légales. Quant à celui de l’exercice 2010, déficitaire, il ne peut donc être redistribué.

- La société est-elle en mesure de prendre en charge les revendications des vigiles ?

La direction générale a traité point par point les revendications des agents de sécurité et prendra en charge tous les points conformes aux lois et règlements. S’agissant des salaires, après l’augmentation intervenue à partir de janvier 2010, les agents de la SGS-CO touchent un SNMG supérieur à celui prévu pour 2012, soit entre 19 000 et
22 000 DA, selon l’ancienneté. Le net minimum perçu est actuellement à près de 18 000 DA pour une nouvelle recrue. Ceci dit, nous n’exclurons pas une quelconque augmentation, laquelle reste tributaire de la situation financière de la société (révision des prix des prestations en cours avec clients et importance du plan de charge 2012).

Amar Fedjkhi
Publié dans : actualité |le 26 novembre, 2011 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

tortureanimale |
Les syndicats du Crédit Mun... |
Ernestine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CultISport
| CHAT DE GOUTTIERE
| Un si long chemin..